Et si on arrêtait de lutter contre l'obscurité et qu'on propageait la lumière? ✨ Clique ici!

Développer sa confiance en soi : un processus en continu

 

Découvrez Lucile Sergerie, une femme simplement humaine

Apprendre à faire de la bicyclette sans les petites roues prend quelques semaines (ou mois) et implique bien souvent certaines chutes et égratignures. Quand on a appris, c’est pour la vie… même si on est 20 ans sans pédaler.

Mais développer sa confiance en soi, c’est une autre histoire. Chacun a ses propres forces, défis, épreuves et douleurs. De plus, on acquiert de la confiance dans un domaine à la fois. Un processus à recommencer autant de fois que nécessaire.

C’est d’ailleurs ce qu’explique Lucile Sergerie dans son touchant témoignage.

 

Lucile, quel a été ton premier contact avec Karène?

Je suis éducatrice spécialisée dans une école primaire de la Commission scolaire René-Lévesque, en Gaspésie. Il y a quelques années, la Commission scolaire nous a offert la formation « Aider sans se brûler ».

Imaginez ma surprise lorsque la conférencière, nulle autre que Karène, est arrivée, s’est assise sur le bord de la scène, a enlevé ses souliers et a dit : « On se met à l’aise, pis on va se parler entre les deux yeux ». Authentique, simple et charismatique, elle m’a plu tout de suite. Et que dire des outils qu’elle nous a donnés? Faciles à utiliser et très efficaces.

Le temps passe, puis je vois dans la salle de bain de mon école une affiche qui invite le personnel qui en a besoin à se prévaloir du Programme d’aide aux employés. J’étais éteinte. Les bobos s’accumulaient. Cette affiche, c’était le signe qu’il me fallait pour repenser à Karène et passer à l’action. (Rappelons-nous qu’à cette époque, elle est encore psychologue.)

Un an plus tard, je me portais beaucoup mieux et je repartais avec un cahier plein d’outils que j’utilise encore aujourd’hui. C’était en 2016.

L’année suivante, lorsqu’elle a mis fin à sa pratique pour se consacrer à Simplement Humain, je l’ai suivie.

 

Comment as-tu trouvé ton expérience du Défi Confiance 21?

J’ai eu la chance de faire partie de la 1re cohorte du Défi Confiance 21. Nous étions 10 belles humaines qui ont travaillé sur un objectif commun : améliorer notre confiance en soi.

Chacune écoutait les modules à la maison et réalisait les exercices de son côté, mais toutes participaient activement dans le groupe Facebook créé pour l’occasion. On avait une question? Il suffisait de la poser dans le groupe et les autres donnaient leur opinion, commentaient, encourageaient. Et surtout, grâce à la force du groupe, je me sentais moins seule dans ma galère. J’ai même créé de belles amitiés avec certaines participantes.

 

Dirais-tu que tu as vécu une transformation?

Je peux vous l’affirmer… et mon entourage aussi. Je vois une différence incroyable à mon travail et dans ma vie personnelle.

À l’école, par exemple, j’éprouvais beaucoup de difficulté à parler en public et à prendre la parole lors de réunions. Avant, je n’aurais jamais osé. Mais l’an dernier, j’ai inscrit notre école à un concours organisé par la Fondation Jasmin Roy et j’ai choisi le thème de la journée Rose, qui était la diversité.. Les élèves ont réalisé une pièce de théâtre ainsi qu’une vidéo qui portaient sur l’intimidation en milieu scolaire. À notre plus grand bonheur, nous avons remporté le prix École en rose 2019. Une superbe réalisation dont je suis très fière!

Toujours au travail, mes collègues me trouvent plus accessible. J’ai laissé tomber les barrières et cessé de garder mes distances. Je dévoile maintenant toutes les facettes de ma personnalité, ainsi que mon petit côté « fofolle ».

J’ai également vécu de beaux changements dans ma relation avec mes enfants et ma sœur. Avant, je disais oui à toutes les demandes, même quand ça ne me tentait pas. Et quand j’osais dire non, je me sentais coupable. Aujourd’hui, j’ai appris à dire non et à expliquer les raisons de mon refus. Ensuite, c’est aux autres à gérer leurs réactions et leurs émotions. Ça ne m’appartient pas.

Enfin, j’ai aussi modifié ma façon de penser et de parler. « Je voudrais » a été remplacé par « Je veux ». « Toujours » a laissé place à « Il m’arrive de ». « Impossible » est disparu de mon vocabulaire au profit de « Je vais essayer ». Quelques mots qui changent tout!

 

De quoi es-tu le plus fière?

Karène m’a amenée à réfléchir à ce que je veux vraiment pour moi, à ce qui m’allume. J’ai compris que je ne peux pas être la « sorte » de tout le monde, et que les autres ne peuvent pas tous être de ma « sorte ».

Je me fais confiance et mes zones d’inconfort (dire non et donner mon opinion, par exemple) sont devenues des zones confortables.

Est-ce que la partie est gagnée? Non. Il me reste encore certains domaines de la confiance à développer, dont ma confiance en moi avec mon conjoint. Notre relation est récente et je suis toujours sur le frein avec lui. Et c’est la raison pour laquelle je veux refaire le Défi Confiance 21 très bientôt. Trois semaines de réflexion et de travail sur moi-même qui m’aideront à développer ma confiance en moi dans ma relation amoureuse.

 

Lucile, merci de ton généreux partage!

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.